E-RÉPUTATION = IDENTITÉ NUMÉRIQUE

 

 

construire et maîtriser son e-réputation

 

 

Introduction 

 

Aujourd’hui, le premier réflexe que l’on a lorsque l’on souhaite se renseigner sur une marque, ou une personne va être de faire une recherche sur le web

 

Avec la démocratisation d’internet et le développement du numérique, l’e-réputation* est devenue un enjeu de taille pour les internautes. En effet, selon une étude Ifop pour Havas Paris, “47% des Français ont déjà renoncé à acheter un produit ou un service d’une marque suite à une atteinte de sa réputation”.

Aussi, dans une autre étude, on apprend que “83 % des consommateurs français, envisageraient de délaisser une marque associée à un partenaire ou fournisseur qui a connu un sujet de communication sensible, interne ou sociétal, en opposition avec leurs valeurs”.

 

Dans cette première étude, il est aussi révélé que “1 Français sur 3 considère qu’il n’y a aucune règle à respecter lorsqu’il s’exprime sur les réseaux sociaux, et donc que la liberté d’expression y serait sans limite.”

 

Prenons un exemple concret, ici celui d’un collaborateur en mauvaise posture suite quelques photos postées sur le web :

Quelques photos d’une soirée arrosée avec vos amis se retrouvent sur leurs réseaux sociaux quelques jours après. Vous êtes identifié sur ces photos et malgré leur avoir demandé de retirer cette identification, les photos apparaissent toujours sur internet. Vous êtes cadre dans l’industrie aéronautique et ces photos ternissent votre e-réputation. Il va être nécessaire de faire du tri sur les informations qui circulent à votre sujet. 

 

Avant que des propos négatifs, des fake news ou bien d’autres pratiques web ne viennent nuire à votre e-réputation, il va être indispensable de mettre en place une stratégie. Celle-ci visant à construire et maîtriser votre image sur le web.

 

 

 

 

Nos 5 conseils pour construire et maîtriser votre e-réputation

 

Que vous soyez une entreprise proposant des produits, des services, ou une personne, votre e-réputation se trouve être l’image que vous renvoyez sur internet.

 

Les conseils suivants vous permettront de vous assurer des informations qui circulent à votre sujet sur le web. Ainsi il sera plus facile de vous créer une réelle identité numérique. Cette identité sera propre à ce que vous êtes et aux valeurs que vous souhaitez renvoyer.

 

 

1) Disposer d'au moins d'un profil public professionnel

 

La création d’un profil public professionnel ou d’une page sur Linkedin par exemple, vous permet, côté collaborateur, de présenter vos formations, vos expériences professionnelles, vos diplômes, etc. Côté entreprise, cela permettra de renforcer votre présence sur le web et d’améliorer votre communication

 

Grâce à ce profil ou à cette page, les internautes disposent d’informations complémentaires, vérifiées et en adéquation avec l’identité de la personne ou les informations et valeurs de l’entreprise.

En effet, la mise à jour régulière de ce profil est nécessaire et permet aux internautes qui le consultent de disposer des bonnes informations au bon moment. 

 

Sur ce réseau professionnel, il est conseillé de démontrer son expertise en postant du contenu en rapport avec son secteur d’activité. Ainsi, les relations ou abonnés disposent d’un contenu directement en lien avec le métier ou le domaine d’activité concerné. Cette pratique, permet également de renforcer la crédibilité de l’éditeur dans ce ou ces domaines.

 

 

 

construire et maîtriser son e-réputation

 

 

2) Maîtriser et gérer les réseaux privés

 

Les réseaux sociaux privés sont des réseaux souvent fermés aux internautes ne faisant pas partie du cercle d’abonnés du propriétaire du profil et contenant des informations plus personnelles. Il va donc être nécessaire de différencier les réseaux privés des réseaux sociaux professionnels. 

 

Les réseaux sociaux privés comme Facebook, Instagram, Snapchat ou encore Twitter, s’ils sont utilisés à titre privé doivent être gérés de manière à ce que les informations s’y trouvant ne soient pas à la vue de tout le monde. En effet, sur ces réseaux, nous avons l’habitude d’y partager nos souvenirs, nos émotions, etc. En général nous communiquons sur des moments de vie en dévoilant une partie de notre vie privée. 

 

En sachant qu’une grande partie des internautes googlise* nombreuses de leurs recherches, il va être nécessaire de limiter voire de verrouiller la diffusion de ces informations. Cela peut se faire en limitant l’audience aux abonnés ou aux contacts.

 

 

 

3) Modérer ses propos

 

L’utilisation des réseaux sociaux permet la publication d’informations virales à de nombreux internautes.

Il faut toutefois se méfier des informations que l’on partage ou que l’on publie sur le web, notamment en raison de cette rapidité de diffusion. Nous savons que la liberté d’expression est essentielle et permet de nombreux échanges d’idées sur de vastes sujets. Or, sur le web et sur les réseaux sociaux il est important de ne pas divulguer de propos haineux. Aussi, il va falloir éviter d’afficher publiquement ces engagements politiques. En effet, ces informations très personnelles et parfois controversées peuvent gêner vos lecteurs.

 

Dans cette même idée, il va aussi être nécessaire d’effectuer une veille à votre propos sur internet. Ce réflexe vous permettra de toujours suivre et maîtriser les informations diffusées sous votre nom. Vous pouvez régulièrement faire une recherche de votre nom et prénom ou encore de votre marque ou entreprise sur internet.

 

 

 

4) Garder un œil sur les avis et/ou les commentaires

 

La réputation influence considérablement la perception d’une marque ou d’un produit/service par ses consommateurs, ses clients, ses relations, etc. Grâce à l’essor d’internet et à la viralité des informations, les internautes ont le pouvoir de donner leurs avis sur tout. 

 

Côté collaborateur, on peut faire un lien avec les commentaires que peuvent laisser les internautes sur nos différents réseaux sociaux. Sur des réseaux dits “publics”, il va falloir être vigilant aux différentes réactions notamment aux tweets sur Twitter par exemple. La question se pose moins sur des réseaux que l’on peut rendre privés : Facebook ou Instagram. Sur ces réseaux, l’accès est limité aux personnes que l’on a choisi.

 

Sur les réseaux sociaux et lorsque l’on parle d’un phénomène viral négatif on évoque le bad buzz*. 

 

Même si le bad buzz est encore inconnu pour vous, la maîtrise de votre e-réputation ne doit pas vous échapper car elle impacte directement votre image sur le web.

 

construire et maîtriser son e-réputation

 

 

5) Réparer une mauvaise e-réputation

 

Introduit précédemment dans le début de cet article, un contenu diffusé sur le web à votre insu ou qui nuit à votre réputation est à maîtriser et donc à réparer.

 

Une entreprise, un individu qui ne s’intéresse pas à son e-réputation peut se rendre compte un jour d’un nombre important de fausses informations circulant à son sujet. Cela peut avoir de graves répercussions sur l’image de cette personne ou de cette entreprise. En effet, les internautes qui liront ces informations se feront de fausses idées sur votre identité ou vos valeurs. La conséquence serait qu'ils garderont ce contenu en tête.

 

Précédemment définies, les pratiques de “curing” et de “flooding” permettent de “réparer” une mauvaise e-réputation et de mieux maîtriser votre image sur le web.

 

Il existe aussi d’autres manières de supprimer un contenu indésirable, comme :

  • le droit au déréférencement auprès des responsables de sites ;
  • le droit au déréférencement auprès des moteurs de recherche ;
  • le recours à la justice.

 

Quoi qu’il arrive, il existe une solution. C’est pourquoi il va être important d’effectuer une veille pour prendre connaissance des informations qui circulent à votre sujet. Ainsi, vous réagissez rapidement et gérez une situation critique.

 

 

Conclusion

A travers cet article nous avons vu comment il était possible de construire et maîtriser son e-réputation. Entreprise, collaborateur, candidat, nous sommes tous concernés par cette visibilité sur le web. Il va être nécessaire d’être acteur de l’image que l’on véhicule pour que celle-ci soit la plus représentative possible.

Gardez en tête qu’il faut vingt ans pour construire une réputation et cinq minutes pour la détruire, Warren Buffet, homme d’affaires et investisseur américain.

 

 

 

Concepts et définition de l'e-réputation

 

* E-réputation : Selon Définition marketing, l’e-réputation peut être définie comme l’image véhiculée et/ou subie par une entreprise, un individu, une marque, un produit ou un service sur Internet et autres supports numériques. En d’autres termes, c’est l’identité numérique d’un individu, une entité.

 

* Googliser : Verbe apparu courant de l’année 2017 dans les dictionnaires, Googliser ou Googler est le fait de rechercher des informations (en particulier sur quelqu'un) sur Internet en utilisant le moteur de recherche Google.

 

* Bad buzz : Il résulte d’une communication de marque ou d’un individu créant une polémique. Selon Définitions Marketing, il “peut être provoqué par une maladresse dans la communication de la marque ou même provenir d'un comportement inadapté d'un collaborateur comme par exemple dans le cas de l'affaire de "black face" des salariés du Slip Français.”

 

* Le curing : De l’anglais to cure qui signifie “corriger”, la pratique du curing consiste à se débarrasser poliment d’un contenu nuisant à votre image. Cela peut s’effectuer en contactant les responsables de l’information négative en leur expliquant le pourquoi de votre demande. Le curing peut aussi être la correction d’une information obsolète 

 

* Le flooding : To flood, qui signifie noyer. Le flooding est une pratique directement en lien avec le bad buzz.

Elle consiste à « noyer » du contenu négatif en produisant du contenu optimisé se hissant en première page des résultats. Grâce à cette pratique, le contenu néfaste est automatiquement dirigé vers les anciens résultats sur Google.